Bolivie, Etape Chuvica – Grotte des Galaxias

Le jeudi 9 avril, nous nous reveillons vers 6h dans notre campement sauvage pres de Chuvica au sud du salar d’Uyuni. Barbie, toujours tres matinal et responsable logistique (bouffe et logement) du mois, nous propose un petit dejeuner a base de gros grains de mais soufflés, d’ avoine et de dulce de leche.
Après avoir regonflé nos chambres à air, nous partons pour une étape de 40 Km entre Chuvica et les grotte des Galaxias situées à l’ouest du village d’Aguaquiza.
Marion, une amie marseillaise qui nous accompagne depuis Potosi jusqu’au sud Lipez, décide courageusement de prendre part à vélo à l’étape.

Etape Chuvica-Grotte des Galaxias
Date Jeudi 9 Avril
Conducteurs Eloi et Camille
Cyclistes Baptiste, Nicolas, Charlène, Vincent, Valéry, Marion
Type de route Chemin , tôle ondulée +++
Distance (km)  40 km
Denivelé montée  400 m
Denivelé descente  -400 m
Difficulté Medium
Départ 8h
Arrivée 13h30
Météo Ciel voilé puis bleu l’apres midi
Altitude  4200/4500
Nb de chutes 0
Nb de problèmes techniques 0

L’étape commence par un col à 4500 qui met tout le monde d’accord : le chemin en tôle ondulée au dessus de 4000, c’est pas simple ! Le paysage sur le salar devient de plus en plus spectaculaire en prenant de l’altitude. Même en descente, il est rare que l’on dépasse 15 km/h car le chemin est trop mauvais. Le pourtour du salar n’est finalement pas si desertique. La culture du rare et cher quinoa bolivien semble dynamiser le secteur. Des gros 4×4 de propriétaires terriens locaux nous doublent de temps en temps.
Nous arrivons vers 12h à Aguaquiza. En passant devant l’école, nous demandons à l’instite le chemin pour les grottes des Galaxias. Une petite fille se propose pour nous guider jusqu’à celle-ci, elle optient la permission de l’après-midi. Nous faisons la connaissance d’Adriana, 8 ans, et plutôt dégourdie pour son âge. Sur son petit vélo, elle nous guide jusqu’aux grottes situées à 5 Km de là. Le fourgon nous y attend pour le déjeuner. Nous lui offrons le couvert et visitons le site.
La grotte des Galaxias a été découverte par 2 boliviens locaux en 2003. Leur attention avait été attirée par l’abondance de rats sortant d’un trou de la falaise. En creusant un peu, ils découvrirent une cavité pleine de concrétions non pas calcaires, mais salées. Ces concrétions ont donc des formes tout à fait singulières: très fines, plates et rondes, commes de grosses éclaboussures de boue blanche qui auraient séché au soleil.
Le site prend une dimension archéologique lorsque nous visitons le cimetière des « chullpas »(momies), situé a quelques mètres de la cavité géologique. Les population pre-colombiennes du pourtour du salar avaient pris l’habitude d’enterrer leurs morts dans les grottes. Les corps étaient le plus souvent enterrés assis au fond d’un trou, habillés et ornés de leurs plus beaux atours. Il ne reste pas grand chose de ces trésors: quelques ossements, quelques peintures rupestres et des trous par centaines …
Nous laissons Adriana guider les touristes suivants sur le site, et repartons sur la route de San Pedro de Quemez en début d’après-midi. Le village se nomme ainsi car lors de la guerre du Pacifique opposant les Boliviens aux Chiliens, San Pedro avait été brulé, devenant San Pedro « de Quemez », « quema » signifiant « incendie ». Arrivés dans ce petit village situe au sud-ouest du salar, a 40 Km de la frontière chilienne, nous achetons quelques galetitas en guise de pain pour les jours suivants, et profitons du jet d’eau sur la place du village pour nettoyer ce qu’il reste de sel sur la carrosserie du fourgon.
Selon les locaux, le seul endroit ou l’on peut nettoyer de manière professionnelle le maudit sel qui détruit tout sur les véhicules se trouve à Uyuni. Bref, on fait ce que l’on peut avec le jet d’eau.
Le soleil se couchant, nous trouvons un petit endroit sympa pour notre campement sauvage du soir sur le chemin de San Juan plus à l’est, près d’une falaise à l’acoustique attirante.
Petit feu de bois, soupe, et épis de maïs, nous nous endormons le ventre plein sur nos matelas percés, dans nos duvets de plumes et nos couvertures dauphin-tigre-panthere de toute beAAuté.

A suivre …

1.resized
ToToTole Ondulée
« 1 de 21 »