Etape 2 : Piégés par la nuit…

Après une semaine coupés du monde dans les Andes, nous voici de retour pour vous conter toutes nos folles péripéties. Accrochez-vous bien, récit en 7 étapes de la traversée à vélo de l’un des plus gros, plus hauts, plus beaux massifs montagneux du monde. Ah si si si, mieux que Daft punk !

Voici à peu près la trace GPS que nous avons suivi durant ces 7 jours :

Etape_2_GPS

Fiche technique de l’étape :

Etape

Valparaiso (Reñaca) – Catemu

Date

Dimanche 14 décembre 2014

Conducteurs

Eloi et Camille

Cyclistes

Baptiste, Nicolas, Charlène, Vincent, Valéry

Type de route

Route nationale et route départementale

Distance (km)

 90 km

Denivelé montée

 650 m

Denivelé descente

 200 m

Difficulté

Facile

Départ

14h

Arrivée

Tombée de la nuit

Météo

Frais et humide en quittant la côte Pacifique, puis très beau et très chaud dans l’après-midi

Nb de chutes

0

Nb de problèmes techniques

0

C’est la première véritable étape à vélo qui permettra d’éprouver notre organisation pour les 7 mois à venir : deux conducteurs réalisent l’étape avec le Sprinter qui est chargé de l’ensemble de notre matériel (instruments + affaires personnelles + matériel de camping) et ont pour mission de pourvoir aux besoins logistiques de la troupe (faire du change, acheter des vivres, trouver un endroit pour la nuit, etc.), cependant que le reste pédale, admire le paysage, sue dans son T-shirt et mange des barres de céréales. Bref, fait du cyclotourisme.

La préparation du Sprinter est à elle seule un exploit : ne souhaitant pas commencer l’étape dans le centre ville de Valparaiso, dangereux et peu intéressant à vélo, nous choisissons de monter dans le véhicule tous les 7 avec armes et bagages, pour aller pic-niquer sur la plage à Reñaca (plus au nord) et commencer le vélo le long de la côte, sur piste cyclable. Après avoir joué à un Tetris géant pendant 2 bonnes heures, nous faisons nos adieux à nos hôtes de Valparaiso et en voiture Simone !

Amis français qui bravez le froid hivernal, réjouissez-vous : le pic-nique sur la plage n’est pas du tout l’instant paradisiaque auquel vous vous attendez : cet Océan est certes une grande première pour nous 7, mais il est bien trop froid (température estimée : 12°C…) pour que nous tentions une baignade. Celle-ci restera l’apanage des lions de mer et des pélicans !

P1040472 (1024x768)
« 1 de 30 »

Nous prenons donc la piste cyclable le long de la mer et traversons les petites villes côtières plutôt aisées du nord de Valparaiso. A partir de Con-Con (ça ne s’invente pas…), la piste cyclable disparait pour laisser place à la route, assez fréquentée, mais les automobilistes chiliens se comportent de manière plutôt prudente à notre égard. Après avoir traversé le Rio Aconcagua, notre itinéraire nous mène sur une petite route départementale qui serpente à travers les eucalyptus. La température se fait plus chaude et Valéry nous fait un petit strip-tease… Après Colmo, nous arrivons dans de jolies zones rurales, et la route joue les montagnes russes… Nous rencontrons alors beaucoup de chiens errants, mais sans être inquétés (la chaleur les rend plutôt dociles). Néanmoins, après quelques kilomètres nous décidons de nous armer de bâtons pour les effrayer (nous verrons par la suite que ce n’est pas superflu…). La traversée de Quillota n’est pas particulièrement agréable, avec beaucoup de véhicules et de carrefours dangereux, nous nous accorderons donc une petite pause (avec un pain d’épices !!!) à La Cruz, capitale internationale de la Palta, c’est à dire de l’avocat.

Cependant, nous apprenons que les conducteurs du minibus ne sont pas allés beaucoup plus vite que nous, en raison de leurs diverses missions (les courses !!) et de la route pas toujours bien entretenue.. Cela nous met dans une situation un peu délicate : la nuit commence à tomber, et nous n’avons toujours pas trouvé d’endroit où camper… Nous poussons jusqu’à Catemu, où nous trouvons un coin isolé avec un peu d’herbe près d’un ruisseau (et pas mal de poussière et de déchets aussi…).  Le premier bivouac est donc un peu sommaire, mais nous nous promettons d’anticiper davantage les prochains jours et nous réconfortons avec un peu de foie gras (importé illégalement au Chili !)