Florianopolis – Ilha Santa Catarina

L’ étape qui va suivre consiste à relier le village de Junior, non loin d’ Imbituba, à la plage de Guarda do Embaú. En longeant la côte, un des buts de cet itinéraire fut bien sûr de profiter des plages qui le ponctuent. Malheureusement je ne fis pas partie des cyclistes ce jour là.

En tant que camioneros, le but de notre journée fût de changer le filtre à gasoil qui pouvait être une des raisons de notre problème d’injection. En effet, un injecteur ce n’est pas donné et si la panne venait d’autre part – nous pensions à d’autres pièces possiblement responsables de notre ponctuel problème d’accélération – les réparations nous reviendraient à moindre frais. Bref, S’il faut le faire nous le ferons. Les sommets qui nous attendent par la suite ne sont guère commodes. Nous prîmes ensuite le temps avec Junior de profiter de son optimiste et de la lagune située juste derrière chez lui. Petit cachottier ! Ce fût magnifique et très amusant de sentir les sensations que provoque ce petit bateau.

Une fois bien assis (non je blague !) dans notre « au-tocar » en direction du rendez vous avec les cyclistes …
« Mais … il pleut ! » Alors, oui ça nous surprend. Nous décidons d’appeler les fous du guidon pour savoir où ils en sont et en effet, il se sont arrêtés sur une plage nommée Gamboa où ils ont pu trouver abris. Nous y arrivons vite – c’est les montagnes russes sur cette côte – accompagnés de Junior et de sa fille qui ont eu l’envie de faire une partie du voyage avec nous jusqu’à Ihla Santa Catarina (la presqu’île à l’est de Florianopolis). Une suite de stations balnéaires dans lesquelles les touristes se rendent pour profiter des jeux d’eau, des plages, des bars et du soleil. Nous passons par Lagoa de Conceçao – LA ville à l’est de l’île dans laquelle nous pourrions jouer efficacement – mais les campings y sont chers et les éclaireurs reviennent sans trop d’enthousiasme. Nous partons en début de soirée pour la plage de Mole à quelques Km, réputée pour ses surfeurs – qui n’ont pas peur de la pluie – et nous y baignons avant de passer une nuit au camping. Pluvieuse.

Plage de « Mole » – Ingleses : Etape à vélo jusqu’au nord de l’île. Le matin tout se passe bien, le temps est prompt à pédaler. Nous trouvons un camping avec Junior mais le temps ne se prête plus à la musique. Nous espérons une éclaircie pour jouer mais non. Fichtre ! Mais qu’est-ce que c’est que cette région où les gens vont à la plage sous la pluie ?! Il fait chaud je l’admets mais quand même ! Observant un curieux mélange parapluie/bikini nous nous installons sous une terrasse vide pour prendre un café puis avec l’accord du gérant, répéter. Ce qui ne fût pas vain ! Nous obtenons un contrat pour jouer le lendemain pour une pizzeria italienne (Le Mamma Mia) non loin de là, séduite par notre répétition de qualité. Suite à cette bonne nouvelle et au temps incompatible à la musique de rue, nous nous accordons le lendemain une journée repos/plage/pluie avant de jouer pour les italophiles du coin. Le duo « journée libre/contrat le soir » est actuellement le meilleur que nous ayons trouvé pour assurer calme, tourisme, organisation du groupe et temps perso.

Samedi 7 c’est le week end ! Et c’est le meilleur moment pour nous de nous assurer la rentrée de deniers. Familles de sorties, couples faisant du lèche-vitrine, nous décidons de ne plus tocarder à Ingleses – la maudite – mais d’aller directement à Floripa – la peuplée – pour y faire notre beurre. Quelle ne fût pas notre surprise en arrivant. Il n’y a personne. Personne. Samedi 18h. Ville morte. Commerces clos. Gare de bus vide. Quelques passants accompagnant leur chien. Mais que ?! … Pffff … Nous décidons de faire des groupes pour draguer la ville d’éventuels « spots » de manche. Incroyable. Non ! Nadie ! On nous indique en réalité que ce sont justement les florianopolitains qui constituent la plupart des touristes de l’île Sainte Catherine ! GroaAAao ! Nous décidons de re-tenter notre chance à Lagoa – la promise – et là … OUI !! ILS Y SONT ! Pas de détails, on joue tant que possible ! et nous ne sommes pas les seuls. Qu’à cela ne tienne ! Y’a que nous qu’on a une fanfare nananère ! Nous passons la soirée sur place et ça marche ! Merci à tous ! Une semaine de pluie et au mauvais endroit ? Fanfare tocard à votre service !

IMG_1417
Les conseils de Junior concernant notre injection.
« 1 de 24 »