Jeudi 26 : La Quiaca – Santa Catalina

Nous revoilà en selles après cette petite trêve à La Quiaca et Yavi. L’objectif de l’étape du jour est Santa Catalina, village argentin situé à l’extrême nord ouest du pays, sur la fameuse Ruta 40 reliant La Quiaca à Ushuaïa. La grande plaine désertique ornée de cactus n’est pas sans rappeler quelques westerns…

 

Etape : La Quiaca (en fait 20 km plus loin sur la route 40) – Santa Catalina
Date : Jeudi 26 Mars 2015

Conducteurs : Baptiste et Charlène
Cyclistes : Camille, Nicolas, Eloi, Vincent, Valéry
Type de route : Chemin de terre
Distance (km) : 40
Denivelé montée : Environ 400 m
Denivelé descente : Environ 400 m
Difficulté : Difficile (à cause du vent, sinon Moyenne)

Départ : 11h
Arrivée : 16h
Météo : Fort vent de face pendant plus de 20 km de plaine

Nb de chutes : 0
Nb de problèmes techniques : 0

L’étape est exigente dès son entame. Effectivement, nous commençons par une bonne côte. Les effets de l’altitude se font ressentir pour nos cyclistes encore peu habitués à pédaler à plus de 3000 m. Une fois cette difficulté passée, une courte descente permet de rejoindre un premier (et dernier) village. C’est l’occasion de faire une pause pour se restaurer.
La suite de l’étape est aussi belle que délicate. Nous traversons une immense plaine pendant plus de 20 km. Au début de celle-ci se trouve une magnifique lagune où se reflètent les montagnes lointaines. On observe également des flamands roses, des lamas et des vigognes. Cependant, même si le terrain est plat, un fort vent de face ralentit considérablement notre progression et freine nos ardeurs. Par conséquent, de nombreuses pauses sont nécessaires… Malgré tout, Valéry renoncera, préférant s’adonner à la lecture en attendant la voiture balai.
Les autres poursuivent et finissent par arriver à Santa Catalina, après une dernière difficulté. Ils y rejoignent les camioneros, qui ont déjà installé le campement à proximité des deux terrains de sport de la localité. D’un côté, les militaires se détendent en jouant au foot. De l’autre, les enfants du village jouent, font du vélo, etc… Pendant que certains d’entre-nous participent à une partie de football avec les enfants (là aussi, difficile de trouver son souffle à cette altitude !), Camille s’improvise réparateur de vélo et passe en revue tous les deux roues du village. Plus tard, nous ferons une petite répétition devant bon nombre de militaires mélomanes venus nous écouter.
Le repas (on ne se doute pas encore de son importance mais il en aura une) est composé de saucisses et haricots blancs. Il est apprécié même si les haricots ne sont pas tout à fait cuits. Sur ce, il est temps de se reposer…

P1070758.resized
« 1 de 22 »