Rio de Janeiro – Deuxieme partie

11043366_763289553787120_958153830852886903_o

Quatrième jour. Mieux que les blocos loupés, les blocos secrets ! D’après Christina, si on se rend sous le pont Avenida de Chile en début d’après-midi, nous devrions tomber sur un blocos nommé « Oh Menaje » et qui se dirige vers le parc Aterro do flamengo qui fait face à la baie de Rio. Seulement 3 heures de défilé. Même pas peur ! Le blocos secret consiste à réunir les musiciens sans prévenir le public. Histoire d’ajouter un peu d’imprévu et de drainer les gens sur le chemin. Bien sûr il y a des fuites et quand on arrive sous le pont, il y a des gens partout mais pas de musique. Notre repère ? Les pavillons des soubassophones qui dépassent de la foule. Quelques-uns sont Français. Et ça marche ! On y retrouve les mêmes acharnés ! Nouveaux costumes, nouvelles coiffes, nouveaux leaders musicaux, nouveau trajet ! C’est du délire. Les cariocas et les nombreux touristes danseront jusqu’au bout de la nuit sous le son des tambours et airs de marchiñas. Je décide de poser ma caisse-claire en début de soirée chez des amis et continue à pied pour profiter de la ville les mains libres. Il y a de nombreux concerts en salle et dans la rue que je tiens à voir ! Et demain il faut être prêt pour la plus grande parade musicale de Rio : « Orquestra Voadora » !

Pour moi un des meilleur blocos auquel j’ai pu assister. Il faut un bracelet pour y entrer, pour le coup celui-ci est officiel et privé. Mais pas de soucis grâce à notre contact Clément de l’ensemble « Bagunço » qui nous y a amicalement invité ! Il y a de longues cordes qui encerclent les musiciens. Une armée de vigile pour les maintenir, poings serrés. Ce qui m’a plu dans ce blocos, c’est son organisation, son professionnalisme. Chaque pupitre a un ou plusieurs chefs musicaux qui sont amplifiés. Le chef souba a un micro, le chef saxophone aussi, le chef caisse-claire aussi. Bref, ils sont à la vue de tous, parfois sur échasses, à la manière de chefs d’orchestre. Le défilé est suivi par un gros bus type londonien, plein d’enceintes et de danseurs. Il permet aux 400 musiciens de bien entendre les leaders, et de proposer un son plus propre à un public de plus de 100 000 personnes ! Il faut bien une heure pour placer les musiciens, et le défilé en fera presque quatre. Barbie sera même invité par le chef baryton à faire un solo amplifié. S’il vous plait ! Tout le monde est ravi. Le groupe se sépare de nouveau dans les méandres des animations. Demain dernier jour, derniers blocos.

Mercredi 18. Le carnaval est officiellement terminé. Mais il est facile de trouver des blocos non officiels jusqu’au dimanche. Nous n’y sommes pas invité mais connaissons les lieux de rendez-vous. Je range mes affaires, nous partons de Rio le lendemain midi. Pour ma part, je suis invité à Niteroì, de l’autre coté de la baie. Un barbecue tout en haut d’un building, depuis lequel on peut voir tout Rio. Avec piscine ? J’hésite … Pendant ce temps les autres gai-lurons participent à un blocos appelé « Super Mario ». Et les chansons ont pour thème ? Vous l’aurez deviné, l’ univers du celebre jeu vidéo. Beaucoup sont déguisés dans ce thème, en voiture de course, en personnages Nintendo et pleins d’autres références à ces jeux mythiques. Et le niveau musical est plus que correct ! Un vrai plaisir m’ont-ils dit. Pour la soirée, dernier blocos à Santa Teresa « Me enterra na quarta ». Certains dormiront peu, profitant de leur derniere soirée de fete dans cette ville qui ne dort jamais.

Demain pas de temps à perdre, nous partons pour Sao Paolo. Ah Si Si Si reprend du service !

1912272_763295910453151_2975433757013233865_o
Grosse caisse !
« 1 de 51 »