Rio de Janeiro – Première partie

Pendant toute cette semaine à Rio, nous ne nous fixons pas « d’objectifs de groupe ». L’intérêt de cette semaine est avant tout de profiter du carnaval, de la ville et de nos connaissances sur place. Nous partageons un emploi du temps des blocos – prononcez [blokoss] – grandes parades musicales et dansantes typiques du carnaval, mais rien d’obligatoire. En effet, des blocos il y en a plusieurs dizaines sur la semaine, à toutes heures du jour et de la nuit, privés, secrets, sur invitation ou libres. Je vais néanmoins tenter de vous donner les informations que j’ai récupéré de la part de tous. Car on a tous profité du carnaval à notre manière.

Éloi, Barbie, Viaduc et moi nous réveillons chez Christina qui a déjà disparu, au coté de deux charmantes argentines que nous n’avions pas rencontré en allant nous coucher. Couch-surfeuses également. Nous prenons nos aises ici à Copa Cabana et après quelques courses et un petit déjeuner ensemble, elles nous proposent d’effectuer la montée jusqu’au Corcovado. Nous en sommes ravi car elles désirent comme nous faire l’ascension à pied. Après une heure et demi de marche, nous arrivons au sommet et, il faut bien l’avouer tout cela n’a rien de religieux. Les billets pour l’entrée s’achètent en bas avec le billet pour y accéder en bus. Mais nous… nous sommes déjà en haut ? Soit. Nous attendons qu’une brave autochtone fasse l’aller-retour pour nous les quérir. A l’extérieur il n’y a qu’échoppes de souvenir et de boissons. Oui, la chapelle est payante. God’s wearing black… Avouons-le, une fois en haut, la vue de Rio est vraiment cool !

Nous retournons manger et chercher les instruments à l’appart car notre première invitation à un blocos de l’ensemble « Bagunço » commence vers 19h. Nous nous y retrouvons avec tous les membres d’ « Ah Si Si Si » et … tout un tas d’autres français ! La soirée est sans précédent. On défile pendant 3h jusqu’à la plage, entourés de plusieurs centaines de gens qui dansent, chantent, s’amusent. Et une fois sur la plage, ça continue ! Les pieds dans le sable, morceaux se succèdent sans arrêt, nous sommes suffisamment nombreux pour qu’il y ai toujours un instrumentiste pour jouer de chaque pupitre (comprenez instruments différents). Le jour se lève. Nous prenons un taxi pour rentrer chez Christina.

Lendemain midi c’est repartit ! Nous ne perdons pas une minute, après une douche et un petit en-cas, nous repartons pour un blocos à 15h à Santa Catarina, un quartier de Rio. Nous croisons Régis à l’entrée du métro – qui a par hasard pris un hôtel à Copa Cabana également – et qui décide, enthousiaste après la soirée d’hier, de nous accompagner de nouveau. Et je dois l’avouer, croiser son père par hasard dans le métro à Rio, c’est vraiment génial ! Nous partons donc en quête de ce blocos, sur les indications de Christina. Sans succès, nous traînons les rues, profitons de la liesse qui embaume la ville, des concerts, il y en a vraiment pour tous les goûts. Puis, faute de n’avoir rien pu trouver, l’après midi passe et nous dirigeons vers notre prochain rendez-vous Place Tiradentes, où nous sommes programmés en tant qu' »Ah Si Si Si » avec le groupe « Os Siderais » en début de soirée. Nous alternons les morceaux avec la banda brésilienne et malgré un grosse-caissiste recruté à la volée pour nous accompagner, la place est pleine, nous déchaînons la foules.

Troisième jour. Non, je ne peux pas. Après deux nuits où nous nous couchons aux aurores, je reste à l’appartement aujourd’hui. Les Argentines aussi, c’est l’occasion de sympathiser. Mes trois compères ne sont pas de cet avis et sont repartis pour une journée de musique. Blocos « Boi Tolo » à Aterro do flamengo. Un grand parc depuis lequel on peut voir la baie de Guanabara. Éloi m’a rejoint à l’appartement vers 22h, décidé à se reposer également. Nous profitons d’un Açaï, sorbet servi en pulpe et congelé, acompagné de céréales. Typique du Brésil, à boire très frais ! Quant à Charlène et Baptiste, ils ont profité de cette journée pour visiter le « Pan de azucar ». Un énorme mont de granite évoquant la forme d’un bloc de sucre raffiné culminant la baie de Rio.

La suite tout de suite !

P1060066
Cathédrale de Rio
« 1 de 20 »