Samedi 14/03 Purmamarca – Tilcara & Dimanche 15 Tilcara

Après notre dernier tour de chant, enfin de fanfare, à Purmamarca, il est temps de reprendre les vélos, et la route. Nous continuons la Ruta 9 vers le nord. L’objectif de l’après midi de vélo est Tilcara, un nouveau village touristique de la Quebrada de Humahuaca.

L’étape se déroule à nouveau au beau milieu de paysages splendides, entre montagnes colorées, cactus et villages pittoresques. Sa faible longueur (25 km) n’en a pas fait pour autant une étape rapide, même si le relief n’était pas trop difficile à dompter (majoritairement du faux-plat, sur une route bien roulante). Alors, qu’ont-ils fait nos cyclistes me demanderez-vous ? Et bien, ils ont flané, profité des paysages et pris quelques photos afin de vous faire découvrir un peu cette région si singulière.
Pendant ce temps, nos camioneros (Baptiste et Camille) réparent à nouveau le camion. Ils s’arrêtent dans une gomeria afin de faire réparer une roue dans laquelle nous avons découvert un clou ! Sitôt l’affaire réglée, les revoilà en route. Une fois à Tilcara, ils rencontrent Henri, un musicien qui tient une auberge, La Molina. La belle aubaine ! En plus, il connaît les patrons de certaines peñas (bars à musique folklorique). Ni une ni deux, ils foncent chez lui et font de sa maison notre camp de base du weekend.
Sur les vélos, Eloi et Valéry ont éte efficaces et sont arrivés assez tôt. Quant aux autres (Charlène, Nicolas et Vincent), ils n’en finissent plus de traîner, rencontrant successivement des amies de Baptiste en voyage dans la région, une crevaison, et un cyclotouriste anglais. Ainsi, Irène et Isabelle se sont jointes à nous pour ce weekend à Tilcara. De plus, j’ai réussi la crevaison la plus proche de l’arrivée (a 2 km du but). Enfin, nous avons rencontré Chris, sympathique voyageur qui a l’originale habitude de se faire héberger par les pompiers durant son voyage.
En arrivant, nous sortons les instrus et en avant la musique. Malgré le froid, nous rassemblons un peu de monde. Ensuite, direction la maison de Henri pour un petit barbecue avec quelques uns de ses amis, avant de rejoindre la peña La Juana, qui a accepté de nous faire jouer les deux soirs, en deuxième partie de soirée, après la musique plus traditionnelle. Le public est au rendez-vous et nous permet d’oublier un peu la fatigue causée par cette journée très remplie ! Le deuxième set fait danser la foule, même si sa qualité n’est pas certaine… Qu’importe, l’ambiance est au rendez-vous !
Le dimanche, nous passons une journée plus tranquille pour nous remettre de la veille. Nous nous donnons quartier libre jusqu’à 18h, ce qui permet aux plus motivés de sortir les vélos pour se promener un peu, ou de se ruer dans un cybercafé pour donner quelques nouvelles à la famille et à vous, chers lecteurs, tandis que les autres se reposent.
Au RDV, nous décidons d’aller jouer à Maimara, un village voisin où se tient une grande fête du Choclo (maïs). Une fois là-bas, c’est un échec. Il y avait bel et bien une grande fête mais elle est presque terminée, payante, et il n’y a pas vraiment de place pour nos cuivres… Nous rentrons donc à Tilcara pour une Blitz-manche sur la place principale. Ensuite, un peu de repos et c’est parti pour le deuxième soir à La Juana, avec cette fois-ci quelques pizzas en prime. Nous y retrouvons quelques fidèles fans et la soirée se déroule aussi bien que la première. Elle finira à la fermeture du lieu, vers 4h, après que les dernières notes d’un bref boeuf aient été jouées…